Partagez | 
 

 Leçons particulières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Volt

Professeur d'Anglais & d'Education Sexuelle

avatar


Messages : 34
Activité : Présent(e)
Pépites : 76
Date d'inscription : 20/01/2013

MessageSujet: Leçons particulières   Sam 26 Jan - 17:27

La porte se referma avec un claquement sonore derrière le dernier élève qui partait en gloussant. Assise sur la chaise devant le tableau noir, elle organisait les divers polycopiés griffonnés que ses étudiants lui avaient remis tantôt. Ce n'était pas une tâche particulièrement exténuante, il lui suffisait juste de les empiler les uns sur les autres pour ensuite les fourrer dans son sac où ils resteront moisir une semaine avant qu'elle ne s'en souvienne et ne se dépêche de les corriger pour les rendre. Elle lâcha un soupir. Quel ennui ! Si seulement on pouvait se passer des copies, le métier de prof serait parfait. Elle se leva de sa chaise, déposa ses lunettes sur le bureau et se prostra devant le tableau. Ses élèves y avaient dessinés et laissés quelques mots affectueux, chose qu'elle autorisait étant donné qu'elle n'y écrivait jamais rien car détestait la sensation de la craie sur ses doigts. Certains lui arrachèrent un sourire : on ne peut pas dire que les Visionem soient particulièrement doué en dessin. Elle n'eut pas coeur à les effacer et se dirigea donc vers la fenêtre. De sa salle, elle pouvait espionner les quelques élèves restés dehors si elle le souhaitait. Le soleil couchant baignait déjà de sa lumière orangée le parc. C'était donc déjà la fin de la journée, elle n'avait pas vu le temps passer. Elle se décida finalement à ouvrir la fenêtre et sortit un paquet de sa poche. A l'aide d'un rapide coup d'oeil, elle évalua combien de tubes il lui restait et en piocha un qu'elle porta à sa bouche.

- Plus que 8, grogna-t-elle.

La jeune femme lança faiblement le paquet sur l'une des tables à sa portée et pris un briquet. Elle porta la flamme à la cigarette dont le bout brilla rapidement d'un rouge flamboyant. Alors qu'elle prenait une grande inspiration, faisant luire encore plus vivement le cylindre blanc, elle se tourna vers l'extérieur et relâcha finalement la fumée blanche en volutes aériennes, qu'elle se mit à fixer d'un air penseur. Il ne devrait plus tarder à arriver maintenant. Les coudes sur le rebord de la fenêtre, elle laissa son esprit déambuler. Les cours de la journée ne l'avaient pas épuisée, loin de là. Après tout, elle adorait son job et c'était toujours un plaisir de pouvoir l'exercer dans des conditions aussi idéales. Mais une petite clope de temps en temps la détendait et devoir attendre plusieurs heures pour enfin pouvoir en griller une avait de quoi la frustrer. Elle, accro ? Non, loin de là. C'est juste une idée que vous vous faites, je vous assure. Cependant, si jamais elle se faisait choper à fumer dans une salle de classe, elle risquait d'en prendre pour son grade. Elle reprit une autre taffe et regarda la pendule près du tableau. Elle indiquait 18h55. Ce n'était plus qu'une question de minutes avant qu'il ne soit là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Syndrom

4ème année

avatar


Messages : 42
Activité : Présent(e)
© Crédit kit : Malice
Pépites : 58
Date d'inscription : 24/01/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Leçons particulières   Sam 26 Jan - 19:12

Leçons Particulières
codage par palypsyla sur apple-spring
musique : here

J'ouvris doucement mes paupières. Il faisait froid. Je sentais mon corps se geler si soudainement, mes draps ne suffisaient plus vraiment. J'essayais tant bien que mal de me glisser sous ces derniers, mais rien n'y faisait. Ce souffle d'air qui me caressait avec violence le visage était insupportable, mais également un moyen pour moi de me réveiller. Lorsque je sortis de mon lit, je pu constater qu'il faisait encore nuit. Que je déteste l'hiver. Ca me fait détester d'avantage mes journées.
Aujourd'hui n'était pas un jour exceptionnel. C'était, pour moi, toujours aussi répétitif. J'allais de cours en cours, de professeurs en professeurs, d'élèves en élèves. La journée allait, s'en allait, laissait place à une autre. Pourtant, j'avais étrangement hâte à ce soir. Quoique, le mot « étrangement » n'était sans doute pas le plus adapté en fait. Non, j'avais hâte, point. Un rendez-vous ? Oui, il n'y a pas de doute, mais absolument pas ce que vous pensez. Ce n'était pas une rencontre galante entre une jeune femme et un jeune homme, j'aurais été bien trop timide pour le voir ainsi, mais bien pour avoir une petite discussion avec un professeur. Ou du moins, un cours particulier aux côtés de la professeur d'anglais et d'éducation sexuelle. Ca aurait pu paraître louche tourné ainsi, mais je n'ai jamais su comment le formuler. Comme tous les trois jours, je devais me rendre dans sa salle et Volt m'apprenait tout ce dont j'ignorais jusqu'à présent sur les langues. Je dois avouer que je suis réellement comblé d'avoir quelqu'un sur qui compter pour m'aider à avancer autre part que dans la musique, je suis rassuré depuis qu'elle est là et le fait qu'elle m'aide ainsi me touche énormément. Je ne saurai jamais comment la remercier un jour, mais j'espère fortement que je puisse le faire un jour, de quelconque façon qu'il soit. En revanche, comme à chaque fois que je devais la voir, j'étais pratiquement certain qu'elle allait me demander où j'en étais, aux amours, au sexe. Le genre de question que je préfère détourner, c'est absolument trop gênant !

La dernière sonnerie venait de retentir. Les élèves devaient tous rejoindre leurs chambres et ne plus traîner dans les couloirs. Il était près de 19 heures, mais moi, ce n'est pas mon lit qui me motivait, mais bien mes énièmes retrouvailles avec la chère institutrice. J'avais le sourire aux lèvres en traînant jusqu'à la dite salle. Les élèves qui allaient dans le chemin inverse devait d'ailleurs s'en étonner, car ayant beau être un garçon - à ce qu'il paraît - gentil, j'avais du mal à décrocher un sourire. La plupart du temps, c'était une grimace, pas un sourire, alors je préfère mettre cet air neutre sur mon visage plutôt que d'avoir l'air idiot. Ca y est. J'y étais. Je regardais à droite, à gauche, puis une dernière fois sur ma droite pour m'assurer que d'autres Deos n'étaient pas dans le coin pour m'obliger à retourner dans mes appartements. D'ailleurs, je doute bien que ça ferait plaisir à l'administration s'ils apprennent que mademoiselle Volt ferait presque un favoritisme à mon encontre, et sans aucun doute ils s'imagineraient que cela me ferait avoir plus de capacités que les autres. Ce qu'ils ignorent, c'est que j'ai sans doute plusieurs wagons de retard que les trois quart des élèves ici même.
Je posa ma main sur la poignée et fit glisser la porte coulissante sur le côté, tout doucement. Soudainement, une odeur de tabac empli mes narines. Par reflex, je me boucha le nez. Je déteste l'odeur de la cigarette, mais je ne pourrais jamais empêcher qui que ce soit de fumer, surtout pas elle.
Je vis la silhouette fine et élancée de la jeune femme accoudée près de la fenêtre. Je pouvais la regarder de dos, ma phobie ne m'en empêchait pas vraiment. Elle avait des formes généreuses et un corps très élancé qui en avait fait sans doute tomber plus d'un, ou une. Je ne m'intéresse pas vraiment au physique, et si j'avais le choix ici, je sortirai avec des thons, j'aurais au moins la possibilité de les regarder dans les yeux. En y repensant, je sais à peine à quoi elle ressemble. Je baisse toujours les yeux dès que je vois sa tête, j'ai bien peur que ça soit vexant, mais je n'y peux rien.

Bonsoir, sensei. J'espère que je ne vous ai pas trop fait attendre.


Je souris timidement. Mes yeux s'abaissèrent aussitôt, je savais qu'elle allait se retourner maintenant que je l'avais interpeller. Je sentais mon coeur battre la chamade rien qu'à cette idée que, si je levais le regard, je la verrais. Ca m'effrayait.
De ce pas, j'allais m'asseoir à la table du premier rang, collé à la fenêtre où elle se trouvait. Je ne savais pas quoi dire, je n'étais pas bien bavard, mais, d'un autre côté, c'est peut-être mieux ainsi. Je ne sais pas si elle aimerait discuter avec moi, nous n'avons sans doute pas les même caractères et les même idéaux, alors, je préfère me taire. Surtout que ma rencontre, mon aventure avec ce type m'a complètement chamboulé et je ne veux pas en parler, pas pour qu'il soit mis derrière les barreaux, cette idée me fait frissonner.

J'ai ramené des bentôs, un ami Venter m'en a fait deux, alors si vous avez faim...


Sans avoir fini ma phrase, je déposais les petites boites en plastique sur ma table, les mettant en évidence. Je n'étais pas un pro en cuisine, mais j'apprécie les bons plats cependant.
Mais ce qui m'intéressait le plus pour le moment est le cours que j'allais suivre auprès de Volt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volt

Professeur d'Anglais & d'Education Sexuelle

avatar


Messages : 34
Activité : Présent(e)
Pépites : 76
Date d'inscription : 20/01/2013

MessageSujet: Re: Leçons particulières   Dim 27 Jan - 17:19

Dès que la voix s'éleva, Volt se retourna mais le jeune homme avait déjà baissé le regard. Elle retint un soupir d'exaspération. Sa phobie était connue d'une partie du corps enseignant mais à chaque fois qu'elle en faisait l'expérience, une partie d'elle ne pouvait s'empêcher d'être légèrement énervée. Pauvre gamin, ce serait tellement plus pratique pour lui s'il pouvait au moins regarder les gens sans la peur de repeindre leurs chaussures.
Elle se dépêcha de finir sa cigarette, voyant bien que l'odeur incommodait son protégé : elle tira une dernière taffe puis jeta le mégot dans le vide avant de refermer la fenêtre. Chose faite, elle se mit à le fixer. Le pauvre enfant avait l'air impatient et en même temps mal à l'aise, ne sachant que faire de ses mains et se contentant donc de triturer les boîtes à bento. La jeune femme perçu tout de suite qu'il y avait un sujet qu'il voulait ABSOLUMENT éviter et elle pouvait déjà deviner lequel, chose qui la fit sourire. Elle allait encore une fois bien s'amuser à lui tirer les vers du nez. Elle attira une chaise afin de s'asseoir face à lui et saisit l'une des boîtes.

- C'est bien gentil de ta part d'avoir penser à ta pauvre sensei, je mourrai de faim !

Un doux arôme émanait en effet du réceptacle et lui mettait déjà l'eau à la bouche. Il n'y a pas à dire, l'intérêt de cette école était aussi dans le fait que les étudiants visaient la perfection alors si en plus ils désiraient devenir cuistots, ça devenait très rapidement un paradis culinaire. Sans plus attendre, elle attaqua le repas, se gavant des délices préparés avec soin par le Venter. Blue avait visiblement retenu la leçon : il avait fait attention à ce qu'il n'y ait ni poissons, ni crustacés cette fois au menu. La dernière fois, pensant lui faire plaisir, il avait ramené des langoustines grillées à la planche et Volt avait du passer la soirée près du trône, ne supportant pas tout ce qui provenait de la mer. Cet enfant est un don du ciel pour s'en être rappeler se surprit à penser la jeune femme. Elle en fut émue et ne pu s'empêcher de lui caresser la tête comme à un enfant. Ce geste sembla le surprendre car, même s'il ne la regardait pas directement, il semblait avoir écarquillé les yeux du genre "Mais qu'est-ce qui lui prend ?". Cela lui fit comprendre plusieurs choses : tout d'abord, il allait falloir remédier à divers problèmes, elle ne pouvait décidément pas assurer un cours de langue avec un élève qui évite tout le temps son regard, d'autant plus qu'il est de coutume de regarder son interlocuteur dans son pays. Plusieurs options lui vinrent à l'esprit. La première était de porter un masque, de cette façon ce serait plus simple pour lui. Cependant, cela ne lui plaisait pas spécialement, ce serait juste contourner le problème. Non, l'idéal serait de casser son image de prof et d'autorité supérieure, la rendre accessible. Même les purs canons peuvent sembler ridicules si l'on y travaille bien. Alors qu'elle se creusait les méninges, la réponse apparut alors comme une évidence. Elle le regarda, puis la boîte à bento, puis de nouveau lui. Elle plissa les yeux et décida de mettre son plan en exécution immédiatement.

- Bien ! C'est pas tout mais faudrait commencer à se mettre au boulot mon grand ! La dernière fois, on a revu nos conjugaisons et on a finit avec les verbes irréguliers. Récite moi donc la liste et essaye donc de me regarder en même temps. Prêt.... PARTEZ !

De suite, elle s'attela à remplir ses joues afin de ressembler à un hamster : de cette façon, elle devrait paraitre bien moins jolie et il devrait être capable de la regarder (une prof avec une tronche d'hamster généralement ça passe mieux). Elle lui releva donc la tête et força le regard tout en ayant bien conscience qu'elle avait l'air complètement ridicule. Les paris étaient lancés. Après tout, c'était aussi son autorité qu'elle mettait en jeu mais elle était prête à tenter le coup. La seule chose qu'elle espérait, c'est qu'il n'allait pas lui cracher dessus sous la surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Syndrom

4ème année

avatar


Messages : 42
Activité : Présent(e)
© Crédit kit : Malice
Pépites : 58
Date d'inscription : 24/01/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Leçons particulières   Dim 27 Jan - 19:08

Leçons Particulières
codage par palypsyla sur apple-spring
musique : here

L'institutrice, enjouée comme à son habitude, saisit une chaise et se posa face à moi. Et comme à mes habitudes également, je préférais laisser mon regard se loger dans les plats sur la table. Cette phobie hantait réellement ma vie, c'était de plus en plus dire de vivre avec, surtout dans le monde dans lequel je plonge. Je n'ose même pas imaginer comment je serai si je devais passer un jour à la télévision... Ca me fait peur. Des fois, je regrette sincèrement d'avoir suivi les désirs de ma mère. J'aurai peut-être souffert de la crise, mais je pense que ça aurait été plus juste pour moi. Il y a un tas d'autres adolescents qui méritent ma place, je ne peux pas avoir la prétention d'être une célébrité...

C'est bien gentil de ta part d'avoir penser à ta pauvre sensei, je mourrai de faim !
Je peux le constater...


Lui dis-je accompagné d'un léger rire. Bon, au moins, elle était de bonne humeur. Elle mangea... Ou plutôt s'enfila le plat à une vitesse fulgurante. J'étais assez amusé sur le coup, j'aurais bien aimé la voir se mettre du riz partout. Pour ma part, j'attaquais calmement la boîte, muni de mes deux baguettes. Mon ami Venter a eu la gentillesse de préparer un excellent riz accompagné de boulettes de boeufs. Je crois que depuis que je suis à Kyogi, je n'ai jamais eu à me plaindre de la qualité des plats. Il faut dire qu'ici, on prépare l'élite culinaire du Japon, je suis bien conscient que je suis très chanceux. Mais ce qui me préoccupait plus que la nourriture face à moi pour le moment et la façon dont mangeait mademoiselle Volt, c'était ce qui allait suivre. A vrai dire, je me doutai bien qu'en amenant un bon repas cela lui ferait oublié ce qu'elle allait me demander sur mes histoires d'orientation sexuelle et j'en passe. De plus, depuis cette histoire avec le violeur, je ne peux plus vraiment me permettre de m'ouvrir comme j'avais l'habitude de le faire. Parler de mes histoires d'amour, de ma phobie ou de ma famille ne m'a jamais vraiment dérangé, ce n'est pas un tabou, en revanche cet évènement que j'ai subi est un véritable secret entre cet homme et moi. Comment la professeur le prendrait si jamais je lui déballerai la vérité ? Est-ce qu'elle me croirait tout d'abord ? Elle rigolerait ? Ou alors elle paniquerait, me ferait la morale pour ensuite allez tout dire à l'administration puis à la police du coin ? Je devrais faire des test pour répondre aux questions de la crim' ? Bon dieu, tout cela me fit avoir des frissons d'effroi. Je ne supporte pas cette idée de devoir me transformer en rat de laboratoire pour amener des réponses aux flics...

Soudainement je n'entendis plus Volt mâcher son plat. J'en conclus qu'elle avait fini et que le moment fatidique allait arriver. Je croisais les doigts pour que ça ne soit pas le cas. Volt repris la parole :

Bien ! C'est pas tout mais faudrait commencer à se mettre au boulot mon grand ! La dernière fois, on a revu nos conjugaisons et on a finit avec les verbes irréguliers. Récite moi donc la liste et essaye donc de me regarder en même temps. Prêt.... PARTEZ !
Hein ? Q-Que quoi... ? Hééé mais - !


Je n'y comprenais. Elle voulait que je la regarde ? Mais c'est impossible voyons ! Je fus pris dans l'élan de son jeu, et redressa mon regard jusqu'à son visage. Un blanc s'installa pendant des secondes qui me semblèrent interminable. Pendant ce temps, je pu découvrir ses traits dans les détails. Ses cheveux attachés, son air de femme mûre, ses grands yeux noisettes et son visage magnifique. En revanche, il ne me fallut qu'une fraction de seconde pour retourner cacher mon visage dans mes mains, comme un enfant en train de chouiner. Je sentais les nausées venir, mon coeur s'emballer. Je paniquais, il n'y avait pas à dire. Cependant, toujours pris dans le jeu, je dis à toute vitesse :

Be, was, were, been ! Beat, beat, beaten ! Become, became, become ! Begin, began, beguuu-


Puis ce fut le drame. Je me penchais vers le sol, la main devant la bouche, les larmes aux yeux, le souffle coupé. Je cru pendant un instant que j'allais réellement vomir sous ses yeux, mais par chance, j'ai réussi à me retenir, à me calmer. Mes yeux se fermaient un long moment tandis que je reprenais ma respiration tout doucement. En revanche, je ne retirai pas ma main de mes lèvres, ayant trop peur de ressortir tout mon repas.

Je-Je suis désolé sensei... Je ne peux pas... C'est impossible...


Fis-je en ravalant mes larmes. Les joues totalement cramoisies, je me redressai lentement, expirant longuement, essayant de me concentrer sur autre chose. Elle était belle, à en vomir. C'est horriblement gênant pour elle, je suis tellement désolé qu'elle ait à supporter ça. Elle avait beau avoir fait une grimace, ça n'empêchait rien, elle restait jolie. J'aurai tellement préféré rire plutôt qu'être dégoûté à cet instant même. L'espace d'un moment je me disais que si jamais je retrouvai mon violeur, comment réagirais-je s'il était beau ? Serait-ce un amour impossible ? Je n'ose même pas me l'imaginer. Je n'avais qu'une envie : pleurer.

C'est gentil d'essayer de trouver des solutions à mon problème, mais je crains bien que vous ne pourrez rien y faire... Je suis désolé, j'aimerai me faire pardonner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volt

Professeur d'Anglais & d'Education Sexuelle

avatar


Messages : 34
Activité : Présent(e)
Pépites : 76
Date d'inscription : 20/01/2013

MessageSujet: Re: Leçons particulières   Dim 27 Jan - 19:36

Bien que le plan ait lamentablement échoué, Volt fut tout de même agréablement surprise de constater que sa dernière leçon avait été bien apprise par le jeune homme. Il n'y avait pas à dire, il apprenait tout de même vite et de manière efficace mais ce qui lui faisait sans doute le plus plaisir était le fait qu'il semblait réellement intéressé par l'anglais. Malgré tout, elle s'inquiéta de l'état du garçon : son cas était bien trop important pour qu'elle puisse y faire quoi que ce soit semblait il. Dommage, elle aurait bien aimé l'aider... Au lieu de ça elle n'a fait qu'aggraver la situation et le malaise du jeune homme.

- Je-Je suis désolé sensei... Je ne peux pas... C'est impossible...
- Ne te force pas, respire lentement. Tout va bien.

Blue semblait vraiment s'en vouloir, cela lui fendit le coeur. Il allait falloir attendre que le temps fasse ses preuves. Ou peut-être qu'elle pourrait faire une demande au directeur afin de requérir l'aide d'un psychiatre extérieur à l'établissement (afin que le malus beauté ne gêne pas l'étudiant). C'est que cette phobie va devenir un véritable handicap, il faudrait y remédier.

- C'est gentil d'essayer de trouver des solutions à mon problème, mais je crains bien que vous ne pourrez rien y faire... Je suis désolé, j'aimerai me faire pardonner.

La jeune femme releva la tête en entendant ces paroles et esquissa un léger sourire.

- Ne t'en fais donc pas. Si tu continues d'être aussi assidu pendant mes leçons et d'être un aussi bon élève tu es tout pardonné.

Elle le couva du regard. Etrangement, ce garçon faisait ressortir son instinct maternel, elle ne pouvait s'empêcher d'être inquiète à son sujet. En parlant de ça, il y avait d'ailleurs divers sujets qui l'inquiétaient à propos de Blue.

- On va faire une petite pause le temps que tu te remettes de tes émotions puis on se remettra au boulot. Pendant ce temps, raconte moi un peu ta vie. Rien de nouveau ces derniers temps ? Rien de particulier à me raconter ?

Elle insista bien sur ce dernier terme. Après tout, on ne la changeait pas : il avait beau être encore tout retourné, la curiosité prenait toujours le dessus et elle n'était pas dupe. Il lui cachait quelque chose. D'ailleurs, le garçon semblait s'être figé.
Elle le fixa un moment puis soupira. Lui non plus on ne le changeait pas, il allait falloir se montrer patient.

- Tu sais, d'expérience je peux te dire que ce n'est jamais bon de garder les choses pour soit, c'est trop lourd pour le corps. Il est toujours préférable d'avoir une oreille amie avec qui tu pourras partager le fardeau. Donc si jamais tu as un problème, quelque chose qui te taraude et où tu aimerais avoir un avis extérieur, tu peux m'en parler et te confier. Je ne serai là qu'en tant qu'amie et confidente, non pas comme juge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Syndrom

4ème année

avatar


Messages : 42
Activité : Présent(e)
© Crédit kit : Malice
Pépites : 58
Date d'inscription : 24/01/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Leçons particulières   Sam 2 Fév - 13:23

Leçons Particulières
codage par palypsyla sur apple-spring
musique : here

Volt doit être la seule et unique personne envers qui je n'aurais jamais peur qu'elle me renie à cause de ma phobie. Certaines personnes s'en amusent, d'autres en sont aussi dégoûtées que moi et il y a les personnes comme l'institutrice. Des personnes qui comprennent, qui compatissent et qui usent de leur temps pour me venir en aide. Elles sont peu nombreuses et se comptent sur les doigts d'une main, mais je dois dire que cela me suffit. Je n'ose pas imaginer dans quelle gêne je vivrai si jamais une multitude d'individus se battaient pour trouver des solutions à mon handicap. Rien que de me l'imaginer, je sentis mes joues rougirent tout doucement.
Chanceux encore une fois, la professeur me dit que je n'avais pas à m'en faire, du moment que je suivais ses cours correctement j'étais tout pardonné. Je lui souris généreusement face à son acte. Elle était vraiment une femme mature et gentille, je me demande si elle est fiancée ou mariée ? Non pas que je le veuille hein, c'est juste une question de curiosité, rien de plus. De toute façon, si c'est réellement le cas, je pense qu'ils doivent être heureux, vraiment très heureux. L'espace d'un instant je l'imaginais - de dos - dans la rue, sur le marché de Noël, main dans la main en se baladant aux côtés d'un homme droit et fier. Cette pensée me fit sourire encore une fois. Je ne pense pas vraiment au bonheur des gens, ce genre de chose ne me mettent pas dans tous mes états, mais il faut croire que Volt fut l'exception à la règle. Bien entendu, je ne dis pas que je souhaite tout le malheur du monde à tout le monde, au contraire, je n'y pense tout simplement pas.

Je sortis de mon utopie de façon assez rapide. En effet, la professeur revint s'adresser à moi en me posant une question à laquelle j'aurais préféré ne pas avoir à y répondre, c'est-à-dire s'il y avait quelque chose de particulier - en accentuant bien le mot "particulier - que j'avais à lui dire, à lui confier, avouer, sous prétexte que lâcher mon sac pourrait me faire avancer et qu'elle le garderait pour elle. Je baissais la tête. Comment lui expliquer ? J'avais envie de lui dire la vérité. Mais qui dit que elle ne me trahira pas ? Ce n'est pas une histoire comme une autre par exemple, il s'agirait ici de venir en aide à notre communauté et à la sécurité des élèves de Kyogi, elle-même ne pourra pas l'ignorer et fermer les yeux sur cette histoire juste pour le bien-être d'un seul de ses étudiants. Je commençais à enrouler une mèche de mes cheveux autour de mon index, comme si ça m'aiderait à réfléchir davantage et à me calmer. Je ne réagissais pas pendant quelques secondes, en espérant sincèrement qu'on finisse par passer à autre chose, qu'on continue à réviser les verbes irréguliers comme d'habitude, mais cela n'arriva pas. Elle était bien trop têtue. Avais-je à me plier devant sa demande ?
Au final, je me décidais à enfin ouvrir la bouche, le silence me faisant pression.

Oh, vous savez, ce ne sont pas des histoires intéressantes... J'ai juste omis d'envoyer des chèques à ma mère les deux derniers mois, je crains bien qu'elle finisse par m'en vouloir et se mette à me harceler. Je comprends qu'elle ait besoin d'argent en ce moment, j'ai seulement oublié vous savez ? J'espère juste qu'elle n'en fera pas trop. Je pense juste que j'irais lui donner l'argent en main propre dans les jours à venir.


Une vérité pour un mensonge. Les histoires avec ma mère étaient bien réelles, mais je ne pouvais pas me permettre de lui dire ce qui me tracassait réellement, pourtant, j'en mourrai d'envie. Mais, dans le fond, le premier qui aurait dû le savoir, c'est Trump. C'est mon meilleur ami après tout, et me confier à Volt... Je le sentirai comme une trahison envers lui. Je ne veux pas prendre le risque de perdre la personne que j'aime et celle en qui j'ai le plus de confiance.

Et vous alors, sensei ? On parle souvent de moi, mais jusqu'à maintenant, je ne sais rien de vous. Je sais bien que a ne se fait pas de demander ça à un professeur et je suis désolé si ça vous dérange... Mais même si je ne suis pas la personne la plus apte à vous venir en aide, à vous donner des conseils, sachez que je suis tout de même de bonne oreille.


Ajoutais-je avec un sourire timide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volt

Professeur d'Anglais & d'Education Sexuelle

avatar


Messages : 34
Activité : Présent(e)
Pépites : 76
Date d'inscription : 20/01/2013

MessageSujet: Re: Leçons particulières   Dim 10 Fév - 17:05

Après un moment d'hésitation qui sembla bien long à l'enseignante, l'étudiant consentit à délier sa langue. Il s'agissait encore d'une histoire avec sa mère, une véritable rapiat celle-là. Enfin, on ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, les temps étaient durs et l'argent ne se faisait pas courant. Elle retint un soupir.
Volt voulait bien croire que ce genre de problème pesait sur le jeune homme mais pour une raison inconnue, elle avait comme l'impression qu'il s'en servait pour en éviter un autre... Cela la dérangeait et démangeait sérieusement sa curiosité. Raaaaah ! Les gosses de nos jours, ils ont bien trop de secrets ! Bah... Après tout, elle ne pouvait pas le forcer, cela voulait tout simplement dire qu'il n'était pas encore prêt. De son temps, les choses étaient tout de même bien moins compliquées. Ou bien c'était juste elle qui était l'une de ces privilégiés à qui la vie sourit toujours et qui se déroule sans aucun encombre... Qu'elle en profite tant qu'elle le pouvait encore.
Alors qu'elle rêvassait, le garçon la tira de ses pensées par une question des plus surprenante - surtout venant de lui étant donné sa timidité :

- Et vous alors, sensei ? On parle souvent de moi, mais jusqu'à maintenant, je ne sais rien de vous. Je sais bien que ça ne se fait pas de demander ça à un professeur et je suis désolé si ça vous dérange... Mais même si je ne suis pas la personne la plus apte à vous venir en aide, à vous donner des conseils, sachez que je suis tout de même de bonne oreille.

Elle le regarda avec des yeux ronds, comme frappée par la foudre. Pardon ? Avait-elle bien entendu ? Éprouverait-il de la curiosité à son égard ? Quelques secondes passèrent ainsi mais Blue avait l'air sincère. C'était une grande première, il n'avait encore jamais osé poser de questions, si ce n'était des questions de cours. Volt eut un léger rire : beau retour d'ascenseur, il la prenait en piège là. Que pouvait-elle bien dire ? Ils avaient beau avoir une relation particulière, il n'en restait pas moins un élève et elle ne pouvait donc pas se permettre de discuter trop librement...

- Hmm...

La jeune femme promena son regard sur le jeune homme, pesant le pour et le contre. Pouvait-elle lui faire confiance ? Ne serait-ce pas étrange qu'un élève et un professeur soient aussi proches et partagent autant ? Après un court moment d'hésitation, elle haussa finalement les épaules en souriant.
Oh et puis après tout, elle n'en avait que faire des conventions. Il s'était déjà bien assez ouvert à elle, elle pouvait bien lui rendre la pareille en en faisant autant. Qui sait, ça pourrait peut-être même l'aider et le rendre plus confiant.

- Que dire ? Je ne pense pas avoir de problème en particulier... Mis à part les copies qui s'entassent sur mon bureau en salle des profs et qui me font de l'oeil, ajouta-t-elle en riant. Quoique, il y a bien ce prof de théâtre qui me cherche des noises en ce moment - même si c'est gentillement et que ça ne dépasse pas la plaisanterie - mais il se permet de faire des remarques sur mon enseignement et je dois avouer que ça à tendance à toucher ma corde sensible. Il se fait appeler Paradox, ça doit te dire quelque chose en tant que Faciem.

Blue hocha la tête. Elle prit ça comme un signe lui signalant qu'elle pouvait poursuivre.

- Raaaah ! Cet énergumène a tout de même le don pour me mettre les nerfs en pelote ! Franchement, comment tu les trouves mes cours ? Ils sont pas si nuls que ça, si ? tenta-t-elle en recherche de réconfort puis continua sa plainte. Sérieusement, même si il a une belle gueule, son air hautain m'énerve, surtout que je sais qu'il est très bon. Faudrait que j'arrive à trouver comment le coincer question de trouver une contrattaque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leçons particulières   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leçons particulières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» En quoi les ZUN Music sont si particulières ?
» [Achat] Quelques figurines bien particulières
» Pensées toutes particulières à un arbre ...
» Scénario J3 - Règles particulières MAJ Lundi 02 Février 14h

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EPIC FAKE :: Chapitre III - Kyogi :: 1er étage :: Salle de cours généraux-