Partagez | 
 

 « Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là » Jared.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blue Syndrom

4ème année

avatar


Messages : 42
Activité : Présent(e)
© Crédit kit : Malice
Pépites : 58
Date d'inscription : 24/01/2013
Age : 23

MessageSujet: « Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là » Jared.   Lun 28 Jan - 21:52

« Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là »
codage par palypsyla sur apple-spring
musique : here

On peut dire que les derniers jours furent très mouvementés. Même les quelques mois je dirais. J'avais besoin de temps pour moi. J'y pensais depuis quelques temps mais je n'avais jamais pris la peine d'y penser. Il parait que prendre soin de soi par moment peut être avantageux pour se reconstruire. Je ne peux pas mentir, j'ai en effet traîné sur de nombreux sites et forums disant comment se remettre d'un viol. Personne ne dit avoir ressenti du plaisir suite à cette expérience, ou même un quelconque amour pour son agresseur. Tous parlaient de cicatrice, de douleur intense qui jamais de cessera qu'avec les années. La seule cicatrice encore ouverte que j'ai, c'est de ne pas pouvoir parler de ce que j'ai vécu, de ce que j'ai ressenti, de l'amour que je porte encore à ce garçon dont le visage et l'identité me sont inconnues. Tout ce que j'ai ? Une voix, une odeur, un souffle, des souvenirs ancrés au plus profond de mon âme. Je n'ai pas envie de m'en débarrasser, car dans le fond, même si je suis plus dans la Lune qu'à mes habitudes, cet homme, qui que ce soit, a enfin donné un sens à ma vie. A chaque fois que je me l'avouais, je ne pouvais m'empêcher de sentir le rouge me monter aux joues.
Mais comme je le disais plus haut, j'avais besoin de temps pour réfléchir, pour me poser. Il faut dire qu'entre ce « viol » et mes cours, je n'en pouvais plus, je ne pouvais même pas respirer une seule seconde. J'ai donc pris congé ce vendredi soir pour me balader dans Tokyo comme une âme en peine.
La semaine avait été dure avec toutes ces répétitions, les shoot photos avec Célestia qui ne cesse de dicter ma tenue et mon comportement. J'entendais encore sa voix aiguë taper contre les parois de mon crâne.

La ville est toujours aussi animée lorsque la nuit tombe. Il faut dire qu'ici, au Japon, la population ne s'arrête jamais de vivre. Sans doute est-ce là sa plus grande qualité. Je ne me suis jamais vu vivre entouré de champs et d'animaux, j'ai toujours aimé l'urbanisation, le bruit, l'animation bien que j'ai toujours vécu dans un quartier pauvre, mort et malfamé. Mais la vie m'a gâté au moins une fois, je ne peux pas le nier, et encore moins le refuser. Au fond, une petite part de moi aime ce que je fais ici. Je chante, et je vis de cela.
En vagabondant dans les rues, je croisais du regard un cinéma sur la rue en face. En faisant attention à la circulation, je traversai calmement, me fondant dans un tas de personnes ayant la même idée que moi. A l'affiche, de nombreux films en tout genre. Comédie, thriller, horreur, amour et j'en passe. Je ne me suis jamais intéressé au cinéma à vrai dire. Alors connaître ces films... Impossible. Je crois que je n'y suis pas allé depuis un bon bout de temps. Et pourquoi pas, après tout ? C'est un bon moyen de me relaxer.
La plupart des gens aiment bien se faire accompagné pour aller voir un film, mais pas moi. J'aime bien me sentir dans ma bulle, concentré dans ce tout nouvel univers dans lequel j'aimerai en être le héros. Au final, je suis juste un individu qui chante sur scène... Je ne pense pas que cela mérite d'être diffuser aux yeux de tous, ma vie n'a pas réellement d'intérêt, ou du moins, à mes yeux.
Dans le calme le plus total, j'entrais d'abord dans le grand hall. En effet, le plafond était si haut que j'en avais du mal à discerner les petits motifs dorés dessinés, ou sculptés, je ne sais pas. Il y avait beaucoup de monde, comme toujours. Mais pour une fois, je ne voulais pas être entouré de tout un peuple. Je jetais un coup d'oeil à la télévision affichant les salles et le nombre de place disponible et pris un billet pour la séance où il y a le moins de monde, sans même regarder de quel film il s'agissait.
Je pénétrais donc dans cette immense salle. Il y avait déjà une vingtaine de personne assises dans le fond et aux sièges les plus proches de l'écran. Pour ma part, je m'assieds au milieu.

Le film commença.

Pour tout vous dire, je n'y portais que peu d'attention. Voilà déjà une demie heure que les péripéties s'enchaînaient. Dans ma tête, c'était le vrai bordel. Depuis cette histoire... Non, décidément, il faut que je reprenne mes esprits au lieu de me torturer.
Discrètement je rejoignis la sortie de la salle, m'excusant dans un chuchotement lorsque je devais passer devant des individus. Je traversais le petit couloir à la moquette rouge jusqu'à arriver aux toilettes pour homme. Vides, comme je le pensais. Ces derniers étaient pourtant propres.
Enfin bref. Je pris place face au lavabo, prenant de l'eau dans la paume de mes mains avant de me la passer sur la figure, poussant un soupir de soulagement et en secouant la tête. Reprends-toi Blue, bon sang ! - Je m'étonne toujours à ne plus m'appeler par mon propre prénom.

Puis tout à coup, en relevant le visage, je vis une silhouette derrière moi dans le miroir. J'émis un petit cri de surprise accompagné d'un vif sursaut. D'un coup sec je me retournai vers la personne qui m'avait filé la frousse, la main posée sur le coeur. Ce dernier battait à vive allure et j'avais du mal à reprendre une respiration normale. Je voulu regarder ce qui semblait être un jeune homme, mais à peine avais-je vu son visage que j'avais des nausées. Il était beau. Très beau. Plus grand que moi, plus masculin, des yeux vairons assez étranges et des cheveux grisaillés... Pas de doute, il était à Kyogi. Ou alors vraiment très chanceux, je ne sais pas. Je soupira une énième fois, baissant les yeux, trop peureux pour le regarder, esquissant un léger sourire gêné.

J-Je suis désolé. Vous m'avez fait peur... !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jared Buckley

5ème année

avatar


Messages : 12
Activité : Présent(e)
Pépites : 36
Date d'inscription : 26/01/2013

MessageSujet: Re: « Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là » Jared.   Mar 29 Jan - 15:51

Salle d'Arcade ◈ Blue Syndrom & Jared Buckley
Tous mes souvenirs te gardent près de moi,
dans les instants silencieux j'imagine que tu es là.