Partagez | 
 

 « Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là » Jared.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blue Syndrom

4ème année

avatar


Messages : 42
Activité : Présent(e)
© Crédit kit : Malice
Pépites : 58
Date d'inscription : 24/01/2013
Age : 22

MessageSujet: « Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là » Jared.   Lun 28 Jan - 21:52

« Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là »
codage par palypsyla sur apple-spring
musique : here

On peut dire que les derniers jours furent très mouvementés. Même les quelques mois je dirais. J'avais besoin de temps pour moi. J'y pensais depuis quelques temps mais je n'avais jamais pris la peine d'y penser. Il parait que prendre soin de soi par moment peut être avantageux pour se reconstruire. Je ne peux pas mentir, j'ai en effet traîné sur de nombreux sites et forums disant comment se remettre d'un viol. Personne ne dit avoir ressenti du plaisir suite à cette expérience, ou même un quelconque amour pour son agresseur. Tous parlaient de cicatrice, de douleur intense qui jamais de cessera qu'avec les années. La seule cicatrice encore ouverte que j'ai, c'est de ne pas pouvoir parler de ce que j'ai vécu, de ce que j'ai ressenti, de l'amour que je porte encore à ce garçon dont le visage et l'identité me sont inconnues. Tout ce que j'ai ? Une voix, une odeur, un souffle, des souvenirs ancrés au plus profond de mon âme. Je n'ai pas envie de m'en débarrasser, car dans le fond, même si je suis plus dans la Lune qu'à mes habitudes, cet homme, qui que ce soit, a enfin donné un sens à ma vie. A chaque fois que je me l'avouais, je ne pouvais m'empêcher de sentir le rouge me monter aux joues.
Mais comme je le disais plus haut, j'avais besoin de temps pour réfléchir, pour me poser. Il faut dire qu'entre ce « viol » et mes cours, je n'en pouvais plus, je ne pouvais même pas respirer une seule seconde. J'ai donc pris congé ce vendredi soir pour me balader dans Tokyo comme une âme en peine.
La semaine avait été dure avec toutes ces répétitions, les shoot photos avec Célestia qui ne cesse de dicter ma tenue et mon comportement. J'entendais encore sa voix aiguë taper contre les parois de mon crâne.

La ville est toujours aussi animée lorsque la nuit tombe. Il faut dire qu'ici, au Japon, la population ne s'arrête jamais de vivre. Sans doute est-ce là sa plus grande qualité. Je ne me suis jamais vu vivre entouré de champs et d'animaux, j'ai toujours aimé l'urbanisation, le bruit, l'animation bien que j'ai toujours vécu dans un quartier pauvre, mort et malfamé. Mais la vie m'a gâté au moins une fois, je ne peux pas le nier, et encore moins le refuser. Au fond, une petite part de moi aime ce que je fais ici. Je chante, et je vis de cela.
En vagabondant dans les rues, je croisais du regard un cinéma sur la rue en face. En faisant attention à la circulation, je traversai calmement, me fondant dans un tas de personnes ayant la même idée que moi. A l'affiche, de nombreux films en tout genre. Comédie, thriller, horreur, amour et j'en passe. Je ne me suis jamais intéressé au cinéma à vrai dire. Alors connaître ces films... Impossible. Je crois que je n'y suis pas allé depuis un bon bout de temps. Et pourquoi pas, après tout ? C'est un bon moyen de me relaxer.
La plupart des gens aiment bien se faire accompagné pour aller voir un film, mais pas moi. J'aime bien me sentir dans ma bulle, concentré dans ce tout nouvel univers dans lequel j'aimerai en être le héros. Au final, je suis juste un individu qui chante sur scène... Je ne pense pas que cela mérite d'être diffuser aux yeux de tous, ma vie n'a pas réellement d'intérêt, ou du moins, à mes yeux.
Dans le calme le plus total, j'entrais d'abord dans le grand hall. En effet, le plafond était si haut que j'en avais du mal à discerner les petits motifs dorés dessinés, ou sculptés, je ne sais pas. Il y avait beaucoup de monde, comme toujours. Mais pour une fois, je ne voulais pas être entouré de tout un peuple. Je jetais un coup d'oeil à la télévision affichant les salles et le nombre de place disponible et pris un billet pour la séance où il y a le moins de monde, sans même regarder de quel film il s'agissait.
Je pénétrais donc dans cette immense salle. Il y avait déjà une vingtaine de personne assises dans le fond et aux sièges les plus proches de l'écran. Pour ma part, je m'assieds au milieu.

Le film commença.

Pour tout vous dire, je n'y portais que peu d'attention. Voilà déjà une demie heure que les péripéties s'enchaînaient. Dans ma tête, c'était le vrai bordel. Depuis cette histoire... Non, décidément, il faut que je reprenne mes esprits au lieu de me torturer.
Discrètement je rejoignis la sortie de la salle, m'excusant dans un chuchotement lorsque je devais passer devant des individus. Je traversais le petit couloir à la moquette rouge jusqu'à arriver aux toilettes pour homme. Vides, comme je le pensais. Ces derniers étaient pourtant propres.
Enfin bref. Je pris place face au lavabo, prenant de l'eau dans la paume de mes mains avant de me la passer sur la figure, poussant un soupir de soulagement et en secouant la tête. Reprends-toi Blue, bon sang ! - Je m'étonne toujours à ne plus m'appeler par mon propre prénom.

Puis tout à coup, en relevant le visage, je vis une silhouette derrière moi dans le miroir. J'émis un petit cri de surprise accompagné d'un vif sursaut. D'un coup sec je me retournai vers la personne qui m'avait filé la frousse, la main posée sur le coeur. Ce dernier battait à vive allure et j'avais du mal à reprendre une respiration normale. Je voulu regarder ce qui semblait être un jeune homme, mais à peine avais-je vu son visage que j'avais des nausées. Il était beau. Très beau. Plus grand que moi, plus masculin, des yeux vairons assez étranges et des cheveux grisaillés... Pas de doute, il était à Kyogi. Ou alors vraiment très chanceux, je ne sais pas. Je soupira une énième fois, baissant les yeux, trop peureux pour le regarder, esquissant un léger sourire gêné.

J-Je suis désolé. Vous m'avez fait peur... !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jared Buckley

5ème année

avatar


Messages : 12
Activité : Présent(e)
Pépites : 36
Date d'inscription : 26/01/2013

MessageSujet: Re: « Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là » Jared.   Mar 29 Jan - 15:51

Salle d'Arcade ◈ Blue Syndrom & Jared Buckley
Tous mes souvenirs te gardent près de moi,
dans les instants silencieux j'imagine que tu es là.





M
erde ! Oui, c'était le cas de le dire aujourd'hui... Je ne parvenais pas à comprendre pourquoi ma tête me faisait si mal... Depuis quelques jours... Sur la table de mon bureau je prenais mon visage dans mes mains, n'écoutant même plus le professeur donner son interminable cours de droit. J'avais envie de me lever et d'aller le tuer... Non... On ne tue plus, je n'en ai plus envie, je n'en ai plus envie...

Bien sûr qu'après cette histoire, j'en ai eu envie, on ne change pas comme ça ! Bien sûr que j'ai faillis tuer cette pouf par exemple, cette chose en plastique, cette barbie à la voix aiguë. Bien sûr que j'aurais aimé tué cet abruti là ! Avec son bonnet, son skate et sa guitare. J'aurais voulu tous les tuer, mais non ! Il avait fallut que je le rencontre, celui-là ! Et voilà que je me mettais à parler en mal de lui. Je soupirai. Cela faisait déjà quelques mois que tout ceci c'était produit, et que depuis, je ne faisais que l'observer, de loin, étant dans l'incapacité de pouvoir aller le voir.

Second soupir... Je m'amusais avec mon stylo, ne prenant aucune note, j'étais perdu dans mes pensées. Blue Syndrom... J'aurais bien aimé connaître son véritable prénom moi... Tous ces pseudonymes, en quoi est-ce réellement utile ? Ne servaient-ils pas simplement à se cacher d'une identité minable ? D'un passé misérable ? Si ce n'était pas ça, je ne voyais pas ce que cela aurait pu être. J'imaginais que le jeune garçon devait avoir un beau prénom, le plus beau qu'il soit, mais simple tout de même, un joli prénom, simple, mais peu commun. Pour son nom de famille... Hum... Un nom sûrement commun, venant de la rue, où je ne sais quoi...

La cloche sonnait. Je disais la cloche, bien que ce ne soit qu'une sonnerie, tout simplement car... Cela sonnait mieux, et puis, ici, tout le monde vit dans le mensonge, n'avais-je pas le droit, moi aussi, de m'accorder ce luxe ? Juste ici ? Je pliais mes affaires, le prof voulait me voir, il me sermonnait, je n'avais pas écouté, je l'avais déçu...

Déçu... Oui je l'étais moi même. J'étais déçu de moi même, pas à cause du cours, mais d'autre chose. Ma tête me faisait mal. J'allai à l'infirmerie, on me donna une aspirine. Je savais très bien que ça n'irait pas mieux... Tant pis...
C'était la fin de la semaine, vendredi soir. Le ciel prit une teinte rosée, le soleil était bas, il faisait doux... Partir, m'en aller... Oui, c'était ce que j'allais faire ce soir. Je pris un manteau, ni trop chaud, ni trop léger, que je passait par dessus ma chemise, blanche. Le manteau, lui, était noir, tout comme mon jean. Je sortais, enfin...

Dehors, il y avait du bruit. Je fronçais les sourcils. Troisième soupir. J'allumais une clope, ça détendait, un peu. Je regardais à droite, à gauche. C'était animé, comme partout, j'aimerais dire. Les voitures, les passants... Un cri, je me retournais, en souriant. Puis je fus déçu, une nouvelle fois... Ce n'était qu'un mioche qui était tombé... Il saignait... Du sang... Du sang... Je hochais la tête, ne pas y prêter attention, ça valait mieux pour moi. Trouver quelque chose à faire, je marchais quelques minutes, puis hop ! Un cinéma, il se tenait, là, devant moi, parfait ! De toutes façons, je n'aurais pas tenu plus longtemps, ma tête allait exploser.

J'entrais. Je fus... Déçu, encore et toujours. Je n'avais jamais mis les pieds dans ce cinéma, il n'était pas aussi grandiose que les autres, quatrième soupir, la soirée s'annonçait... Pas si mal que ça. Devant moi, enfin, à quelques personnes devant moi, je distinguais une chevelure bleue. En observant bien, je pus facilement le reconnaître. C'était lui, Blue... Quelle étrange coïncidence... J'écoutais attentivement, j'observais le moindre de ses faits et gestes. Je jetais un oeil sur l'écran, qui présentait les séances, regardant la place en moins, un film où il y avait peu de monde... Hum... Bien. Arrivé à la caisse, je choisis ce film, et me dépêchais de suivre le jeune garçon, tout en restant discret. J'entrais finalement dans la salle, presque en même temps que lui. Je me mis près de la sortie du haut, on ne savait jamais. Lui préféra aller vers le milieu. Durant toute la séance, bien que nous fûmes dans le noir, mes yeux ne regardaient que lui. Tiens ! Il se levait... J'attendis quelques instants avant de sortir également, pour le suivre. Il entrait dans les toilettes des hommes. J'attendais encore une fois, un petit peu, avant de pousser doucement la porte, et de me placer derrière lui. Il leva la tête, poussait un petit cri de surprise, accompagné d'un sursaut.

J-Je suis désolé. Vous m'avez fait peur... !

C'était trop mignon. Je souris, doucement, afin de ne pas l'effrayer plus. J'hésitais à parler, il connaissait ma voix, et je ne devais pas me trahir. Aller en prison, très peu pour moi... Si pendant quatre ans, j'avais pu tout faire pour ne pas y aller, ce n'est pas en trois secondes que j'allais me faire démasquer. Mais bon en même temps, je l'avais cherché. Pourquoi l'avais-je suivis ? Quel con... Bon, une réponse brève, peut être qu'il ne s'en rendrait pas compte après tout.

"Pas grave..."

Avais-je dis, très rapidement, je soupirais, une cinquième fois... Je baissais la tête, ne bougeant pas, après tout... Il l'aurait bien su un jour où l'autre non ? Et puis... Il ne dirait rien, pas après de qui c'était passé cette nuit là ! Rien que d'y repenser, ça me faisait presque rougir... Je ricanais... J'étais vraiment un idiot, un bel imbécile... Mais je ne partirais pas, et puis... Peut être qu'il ne s'en apercevrait pas...

"Tu devrais retourner voir ton film, non ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Syndrom

4ème année

avatar


Messages : 42
Activité : Présent(e)
© Crédit kit : Malice
Pépites : 58
Date d'inscription : 24/01/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: « Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là » Jared.   Mer 30 Jan - 20:02

Blue Syndrom a écrit:
« Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là »
codage par palypsyla sur apple-spring
musique : here

J'étais pathétique à avoir peur de tout, même de mon ombre. Je ne pouvais pas m'empêcher de rigoler bêtement et de me gratter l'arrière du crâne comme si j'avais des poux pour cacher ma gêne, bien que mes joues cramoisies devaient me trahir sévèrement. Je ne pouvais pas voir le garçon, du moins, pas son visage, mais je supposa que la situation le fit sourire. Il y a des fois où j'aimerai aller dans la tête des gens pour savoir ce qu'ils pensent de moi... Quoique je ne suis pas sûr que ça soit une excellente idée, je risquerai d'être déçu et de ne pas m'en remettre. Oublions ça.
Le jeune inconnu me dit que ce n'était pas grave. Je soupirais de soulagement un long instant. Je ne savais pas vraiment quoi ajouter. Devrions-nous continuer à parler ou devrais-je plutôt retourner m'asseoir et oublier ce garçon ? C'est étrange, mais je suis certain d'avoir vu brièvement ce visage quelque part. Il est peut-être à Kyogi aussi, qui sait ? Pour le peu que j'ai vu de sa figure, je pense qu'il doit être un très beau garçon, un peu comme la totalité des élèves et des Deos de l'école en réalité... Je n'osais pas trop lever les yeux pour vérifier, je sais déjà comment je réagirai. Cette phobie me prend réellement la tête, j'aurais voulu être quelqu'un de normal.

Tu devrais retourner voir ton film, non ?
Oh j'ai du mal à me concentrer, je ne suis pas vraiment la séance depuis le début, mais c'est gentil de vous... Euh de t'inquiéter.


Lui répondis-je timidement. En fait, je ne savais pas trop si je devais le tutoyer ou le vouvoyer, mais étant donné qu'il ne s'était pas gêné pour dire « tu », je suppose que nous étions dans une même tranche d'âge.
Pendant un instant je resta figé et mes yeux se mirent à s'écarquiller. Cette voix... Je l'avais déjà entendu... Oui... Mais où ? Je me torturais l'esprit pendant de longues secondes, essayant de me concentrer. Rien à faire, ça ne me revenait pas. Pourtant, elle m'était familière. Je restais hésitant, une nouvelle goutte de sueur se balada sur mon front. J'en profita pour remettre ma mèche en place et la dégager de mon visage histoire d'avoir moins chaud. Il devait me prendre pour un dingue à être en face de lui sans même ouvrir la bouche. Je devais avoir l'air stresser, il faut dire que c'était plus ou moins le cas en fait... Je ne supporte pas quand je bute ainsi sur quelque chose, je n'aurais la conscience tranquille qu'une fois que j'aurais réussi à reconnaître ce garçon. Je ne peux pas me fier à son visage, je ne regarde jamais les gens beaux dans les yeux, je me contente de les écouter. J'agis un peu comme une personne aveugle, et il faut dire que d'un côté, ma phobie m'a été bénéfique, ainsi, je peux dire quel sentiment s'émane du son d'une voix rien que par l’intonation de celle-ci et j'en passe. On devient bien plus à cran sur ce genre de chose lorsqu'on utilise très peu ses yeux. Peut-être est-ce aussi pour ça que je chante bien. En étant sur scène, sous le feux des projecteurs, il m'est impossible de voir le public. Je me contente d'écouter les cris, les applaudissements. Au fond, même si ça me met mal à l'aise, j'aime bien me sentir aimer. Mais encore une fois, je pense que d'autres mériteraient ma place. Ils n'ont rien à m'envier et j'offrirai ma place ici volontiers si je le pouvais.

Euh je suis désolé si je t'importune mais ta voix... Je l'ai déjà entendu quelque part. Tu ne serais pas passé à la télé, ou alors à la radio ? A cause de ma... Comment dire... Maladie, je ne peux pas vraiment reconnaître les gens au visage.


Qui ne tente rien n'a rien. J'espère au moins ne pas me tromper et ne pas passer pour un imbécile devant lui. Puis alors que j'allais prendre une position confortable plutôt qu'à moitié affalé sur le lavabo, je me remis sur pied jusqu'à ce que je sente une flaque d'eau sous ma semelle qui me fit glisser vers l'avant. Mon visage se heurta contre le torse du jeune homme qui était nettement plus que moi. M'agrippant à ses manches, je sentis le rouge me monter aux joues pour la énième fois. Que je peux être maladroit. Le nez enfoui dans son vêtement, je me mis à marmonner :

Aaah ! P-P-Pardon... Je suis désolé, vraiment il y avait une fl-


Je me stoppa net. Cette odeur... Non... Impossible... ? Mon coeur cessa de battre un long moment tandis que je me redressai, quittant vivement ce torse qui était loin d'être désagréable. Je me frigorifiais sur place, mettant ma main devant ma bouche. J'espérais me tromper au plus profond de moi, et malgré que je m'entêtais à me dire que tout cela n'était que de fausses hypothèses, je reculais, jusqu'à heurter le mur.

Tu...


Je regardai mes pieds. Encore maintenant je ne pouvais pas le fixer. Etait-ce bien celui que je pensais... ? Non impossible. Je tentais tant bien que mal de me remettre les idées en place, allant me passer un nouveau coup d'eau fraîche sur le visage en me penchant vers le lavabo à côté de moi. L'eau glacial calma mes ardeurs, je reprenais peu à peu mes esprits.

Pardon, je vous ai pris pour quelqu'un d'autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là » Jared.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Tous mes souvenirs te gardent près de moi, dans les instants silencieux j'imagine que tu es là » Jared.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Recherche de tous les patchs Empire Total War
» Bientôt les nains à 40k ?
» Les bonnes séries de Tonton Haga : The King of Fighters
» [Animation] De jolies signatures pour tout le monde!
» Monster Hunter 3G! site officiel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EPIC FAKE :: Chapitre IV - Tokyo :: Les Quartiers Animés :: Cinéma — Salle d'Arcade-